×

Message d'erreur

Le fichier n'a pas pu être créé.

Text Resize

-A A +A
Une salle de classe avec des enfants la main levée
Une salle de classe avec des enfants la main levée
21/11/2016

La participation citoyenne, outil de sensibilisation et d'engagement des citoyens au développement de leur pays

Au cœur de sa stratégie d’amélioration de l’Administration Numérique, le gouvernement de Côte d’Ivoire s’est fixé plusieurs ambitions clefs dans sa poursuite un objectif unique : l’émergence à horizon 2020. Parmi ces ambitions on retrouve la volonté d’inclure les citoyens dans la vie politique de la République de Côte d’Ivoire et dans les décisions gouvernementales prises aux échelles locales et nationales. Or, le numérique offre de nouveaux canaux privilégiés de communication entre une Administration et ses usagers, multipliant ainsi les opportunités de développement d’une véritable participation citoyenne. Ces problématiques sont ainsi pleinement adressées dans la mise en œuvre opérationnelle d’une e-administration transparence, inclusive et participative

Qu’est-ce que l’e-participation ?

L’e-participation citoyenne consiste à utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour inclure les populations dans le processus de prise de décision politique et dans la définition des services publics qui leur sont délivrés. A travers le concept plus global de participation citoyenne, le gouvernement de Côte d’Ivoire poursuit quatre grandes ambitions, en accord avec les objectifs des organismes internationaux :

1. Assurer une vie politique transparente
L’information est la première couche nécessaire à la mise en place d’une démocratie participative. Le gouvernement doit s’engager à fournir aux citoyens toutes les informations nécessaires à la compréhension des actions politiques engagées et de l’utilisation des ressources publiques.

2. Améliorer l’efficacité des politiques publiques
L’inclusion des citoyens dans la prise de décision politique doit pouvoir améliorer l’efficacité des mesures politiques implémentées dans chaque administration, c’est-à-dire optimiser les ressources publiques pour répondre au plus près des besoins de la population. En permettant l’émergence des besoins réels de la population, l’inclusion de la population dans la définition des politiques publiques permet à termes d’éviter les dépenses inutiles et de créer des synergies positives entres les attentes des citoyens et l’action publique.

3. Inclure les populations vulnérables
Les outils de participation citoyenne permettent en outre de faire entendre les revendications des populations les plus vulnérables (personnes âgées, jeunes sans formation, personnes sans-emplois, …) en permettant de répondre à des besoins spécifiques qui n’auraient pas été identifiés lors de la définition des politiques publiques. Pour plus d’information sur l’ambition gouvernementale d’inclusion des populations vulnérables, vous pouvez accéder au dossier afférent : lien

4. Favoriser l’émergence de projets innovants
L’utilisation des idées citoyennes dans la définition des stratégies d’actions publiques donnent l’opportunité de mobiliser de nouvelles ressources et idées. Des synergies positives entre une administration et ses citoyens favorisent l’innovation publique et assurent la création de valeur ajoutée dans l’action du gouvernement.

Les différents niveaux de maturité d’une stratégie d’e-participation citoyenne : chantiers et réalisations

En raccourcissant les canaux d’échanges entre une administration et ses citoyens, le numérique permet d’accroître les opportunités d’atteindre les objectifs d’une stratégie de participation citoyenne. Les applications mobiles, les services web ou les hotlines téléphoniques permettent de connecter plus rapidement les citoyens entre eux ou avec leurs administrations. Trois niveaux de maturité sont généralement définis pour évaluer le niveau de maturité d’une stratégie de participation citoyenne :

- Niveau informatif : avant d’envisager la participation du citoyen à la vie politique publique, une administration doit pouvoir lui communiquer l’intégralité des informations nécessaires à la compréhension des actions publiques engagées. Le citoyen est éclairé sur ses droit, ses devoirs et les décisions politiques qui ont été prises.

A l’ère du numérique, le gouvernement de Côte d’Ivoire s’attache donc à multiplier les possibilités pour les citoyens de s’informer sur l’action du gouvernement. L’ensemble de la stratégie gouv.ci vise notamment à assurer un bon niveau d’accessibilité aux sites internet gouvernementaux, via ordinateur, tablette ou mobile. Les 150 sites actifs de l’administration subissent régulièrement une mise à jour technologique et le gouvernement, à travers son Centre d’Information et de Communication du Gouvernement (CICG) lance régulièrement de nouveaux outils au service de l’information du citoyen, comme le centre d’appel gratuit Allo 101, l’application mobile Gouv.ci ou le portail informatif du bilan de l’action gouvernemental www.bilan2011-2015.gouv.ci.
Par ailleurs, le gouvernement s’est engagé dans un programme pan-gouvernemental de mise à disposition des données manipulées au sein de l’administration. Grâce à l’appui de la Commission d’Accès à l’Information d’Intérêt Public et aux Documents Publics (CAIDP) et au support légal né de la loi n°2013-867 du 23 décembre 2013 relative à l’information d’intérêt public, le CICG anime désormais les ateliers de l’Open Data, visant à collecter l’ensemble des données publiques qui seront publiées sur le portail www.data.gouv.ci. Pour plus d’information sur le programme Open Data ivoirien, vous pouvez visiter le dossier correspondant : lien

- Niveau consultatif : au-delà d’informer les citoyens, le gouvernement peut les consulter sur les sujets qui les intéressent. Rapporté au numérique, cela implique par exemple de proposer des sondages en ligne, des boîtes à suggestions ou encore des espaces d’échanges par mail ou discussions instantanées. Le numérique facilite ainsi la remontée de l’information depuis les administrés vers leurs administrations.

Via les différents sites web du domaine gouv.ci, le gouvernement de Côte d’Ivoire a ainsi multiplié les possibilités de participation consultative. Le programme Gouv’Opinions, piloté par le CICG, propose régulièrement sur le site gouv.ci des sondages destinés à faire remonter l’avis des citoyens sur les grands projets gouvernementaux. Par ailleurs, de nombreuses plateformes web comme www.servicepublic.gouv.ci, www.telecom.gouv.ci ou www.data.gouv.ci permettent aux citoyens de suggérer des améliorations ou des nouveaux services. Le site www.cybersecurite.gouv.ci propose aussi aux citoyens de faire remonter des comportements suspects pour lutter contre la cybercriminalité, axe majeur d’une stratégie numérique gouvernementale durable.

- Niveau participatif : le dernier niveau de maturité d’une stratégie de participation citoyenne est l’inclusion des citoyens dans le processus de décision publique. Informés, les administrés sont consultés et leurs délibérations font pleinement parties du modèle organisationnel de prise de décision. Au-delà de la participation électorale des citoyens, son avis et ses connaissances sont pris en compte dans la mise en œuvre opérationnelle des projets (construction des budgets, priorisation des projets, propositions de solutions innovantes, …). Le numérique permet de faciliter la remontée d’information et l’analyse des nombreuses données remontées par le citoyen. Le big-data et le crowdsourcing sont aussi des outils qui permettent à termes la réutilisation de la multitude d’informations qui émergent grâce aux différentes plateformes numériques.

A travers son programme de mise en œuvre de Maturité Numérique, le gouvernement de Côte d’Ivoire s’est engagé en 2016 dans un premier projet majeur d’e-participation citoyenne en lançant la plateforme : www.participationcitoyenne.gouv.ci. Cet outil participatif accessible sur tous les supports (mobile, tablette, ordinateur) permet aux citoyens de proposer des idées d’amélioration sur les grands thèmes de modernisation de l’administration, de voter et de donner son avis sur les propositions formulées par les autres contributeurs. Enfin, l’administration s’engage à fournir un retour sur la faisabilité du projet et son inclusion dans le planning des réalisations. L’objectif est de soutenir le développement numérique du pays tout en permettant la pleine inclusion du citoyen dans la prise de décision politique et en donnant à chacun la possibilité de s’exprimer et d’être entendu.