Text Resize

-A A +A
Icônes et titres des 17 objectifs de développement durable de l'ONU
Les 17 objectifs de développement durable de l'ONU
11/07/2017

Le choix de la Côte d’ivoire : articuler développement et innovation technologique

Le choix de la Côte d’ivoire : articuler développement et innovation technologique

A la croisée des attentes formulées à son endroit et de sa feuille de route pour atteindre l’émergence, la Côte d’Ivoire prête toute son attention à l’Agenda2030 des Nations Unies et ses Objectifs de Développement Durable (ODD). Sur la voie du développement, le pays a en effet entrepris des réalisations concrètes d’élévation du niveau de vie des populations et de respect de son environnement qui s’alignent avec les 17 ODD adoptés en septembre 2015 à New York.
Optant pour l’utilisation des outils technologiques les plus performants, la Côte d’Ivoire revendique son intérêt pour faire des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) le vecteur de ce développement. Soucieuse des bonnes pratiques en matière d’eAdministration et d’autonomisation des citoyens par le numérique, la Côte d’Ivoire est déterminée à satisfaire aux axes stratégiques de développement défendus par les NU. Conjuguer les ODD avec discipline et à la lumière des opportunités les plus récentes apportées par les TIC, telle est la mission affichée du Gouvernement. Pour donner un aperçu de ce potentiel en regard de l’Agenda2030, voici une déclinaison des apports technologiques rapportés aux 17 ODD qui doivent tracer la route vers une émancipation des individus et un développement socialement, économiquement et écologiquement plus juste de la société ivoirienne.

Développement humain : les numérique au service du renforcement du bien-être et des capacités des individus

En matière de développement, le choix de souscrire à l’amélioration de la vie de chacun des individus constitue un premier pas nécessaire vers l’amélioration du bien-être collectif de toute une société.

Le niveau de connaissance de chaque individu est clé dans le développement global d’un pays, quel que soit le domaine. C’est pourquoi l’éducation est capitale : elle est porteuse d’une vision long terme de changement (ODD4, Education de qualité). Les appareils électroniques intelligents actuels permettent une transmission rapide et sécurisée de contenus via des supports pédagogiques originaux. La pénétration mobile (supérieure à 100% fin 2016 en Côte d’Ivoire), en particulier, permet aujourd’hui d’envisager d’atteindre les personnes géographiquement enclavées ou socialement laissées pour compte. Renforçant l’employabilité nécessaire à l’activité économique quand elles diffusent des formations, ou suscitant l’émergence de citoyens critiques quand elles relaient l’action publique, ces plateformes garantissent le bon fonctionnement d’une démocratie pacifique et moderne (ODD16, Paix, justice et institutions efficaces).
Directement liée à cette capacité de diffusion de savoir, les TIC permettent également de relever le défi de la faim, crucial pour une population en pleine croissance (ODD2, Faim « zéro »), en augmentant les capacités de production de denrées alimentaires et le pouvoir d’achat des populations.

La capacité d’une population à nourrir ses membres reposent sur deux piliers : la connaissance et la productivité des terres exploitées. Fort de ce constat, le Gouvernement investit dans les technologies pour accompagner et soutenir les agriculteurs et les pêcheurs dans leur quotidien. Grâce à l’utilisation de formations e-Learning, d’applications météorologiques surveillant les aléas climatiques et permettant de mieux appréhender et respecter les cycles naturels (ODD14, Vie aquatique ; ODD15, Vie terrestre), ou encore grâce à l’apparition d’interfaces de connexion des producteurs aux marchés, les acteurs du secteur de l’agriculture qui nourrissent la population entrent dans une nouvelle ère. Les avancées technologiques permettront à terme également d’observer la nature et l’évolution des exploitations pour définir des solutions sur mesure qui gonflent leur productivité en rationnalisant leur gestion.
Au-delà des apports technologiques sectoriels, le numérique représente une opportunité générale mis unique d’accès à l’épargne, au marché du travail et aux services publics de soutien aux populations vulnérables. Les services mobiles de mPayment et transfert de fonds (SMS, appel ou internet) dématérialisés accompagnent désormais le quotidien de millions de citoyens dans notre pays, donnant accès, pour la première fois souvent, à l’accumulation de richesses, la formalisation de pans de l’économie et la sécurisation des recettes (ODD1, Pas de pauvreté).

Enfin, dans le secteur de la santé (ODD3, Santé), l’information sert à instruire les populations sur les risques et dangers, mais aussi à satisfaire la nécessité d’entrer en contact avec des professionnels du domaine capable de diagnostiquer, conseiller puis soigner les personnes dans le besoin. La diffusion large d’alertes ou de fiches de bonne conduite permet de sensibiliser les populations aux bonnes pratiques et de réagir de la meilleure façon aux situations sanitaires à risque. Par ailleurs, le Big Data et le traitement de données permettent d’ores et déjà d’affiner notre connaissance des maladies, des circonstances de leur propagation et des facteurs facilitant leur résurgence ou disparition. De ce fait, les évolutions digitales catalysent des ambitions non dissimulées pour un grand nombre d’acteurs, privés comme publics, exerçant dans la santé.

Développement social et sociétal : les TIC pour la promotion d’une société plus juste

Garantir la cohérence du peuple ivoirien ne passe pas uniquement par la satisfaction individuelle de besoins essentiels comme l’alimentation, la santé ou l’éducation. L’union qui fait la force d’une société passe par l’intérêt porté aux liens sociaux qui relient les hommes, pour faire émerger d’une somme d’unités un groupe qui évolue ensemble (ODD17, Partenariats pour la réalisation des objectifs).

Dans notre pays, les inégalités sévissent malheureusement toujours. Mais avec l’accès au savoir, aux moyens de créer de la richesse et de favoriser l’activité des plus démunis, les TIC et internet permettent aussi de faciliter la lutte contre ces inégalités (ODD10, Inégalités réduites). L’ITU (Union Internationale des Télécom) croit d’ailleurs à la nécessité de considérer l’internet haut-débit comme une infrastructure essentielle pour le développement au 21ème siècle (ODD9, Industrie, innovation et infrastructure). L’ambition du 9ème ODD est très clair : faciliter l’interconnexion entre les personnes (physiquement et virtuellement), augmenter significativement l’accès aux TIC et garantir un accès universel à internet d’ici 2020. Sans les infrastructures qui permettent à notre économie de plus en plus digitalisée d’étendre ses activités, le monde ne serait pas en mesure de profiter du levier numérique pour atteindre les autres ODD. Prenant un pas de recul supplémentaire, il est vital que le secteur de l’énergie effectue son introspection pour permettre d’être viable. Ceci constitue en effet un préalable à la transformation des autres pans de la société et à une inscription plus juste et plus écologique dans le monde, capable par exemple de faire obstacles aux dérèglements climatiques (ODD13, Lutte contre les changements climatiques).

Les TIC se font le portevoix global des populations ignorées et le soutien indéfectible de ceux qui sont systématiquement écartés. Les réseaux sociaux et plus généralement internet donnent accès aux mêmes ressources sans discrimination, et rend la parole à chacun. Les revendications des femmes pour l’égalité des sexes, grâce aux TIC, trouvent un écho nouveau à l’échelle des communautés et des pays (ODD5, Egalité entre les sexes). Toutefois, l’effort à produire reste important : on croisait, fin 2016, 250 millions d’individus masculins de plus que de femmes sur internet.

Dans le monde des entreprises, les implications bénéfiques de l’implémentation de système TIC ne sont plus à prouver, tant en matière de conditions de travail que de dynamisme économique (ODD8, Travail décent et croissance économique). La façon de travailler dans les organisations a été foncièrement revisitée, avec l’informatique et l’automatisation permettant de gagner en productivité et en qualité. Les tâches liées aux nouvelles technologies fleurissent, et font même émerger de nouvelles filières créatrices d’emplois à pourvoir pour des métiers en développement.

Notre façon de vivre ensemble et de nous inscrire dans le monde en groupe se voit revisitée grâce aux technologies. En témoigne la volonté de développer les Smart Cities ivoiriennes prônant un mode de vie plus efficient et plus responsable (ODD11, Villes et communautés durables), ou encore la gestion intelligente et sécurisée de l’eau (ODD6, Eau propre et assainissement) qui cause près d’1 million de morts dans le monde chaque année. Le contrôle des installations et l’accessibilité à l’eau et aux infrastructures d’hygiène sont nécessaires à la bonne santé des populations, de même que la fourniture abordable d’énergie l’est pour accéder à un niveau de vie acceptable et à un développement maîtrisé des régions urbaines. Dans une société que l’on souhaite plus verte, l’utilisation des progrès réalisés dans le domaine des TIC permettent d’abord de renouveler des équipements techniques anciens avec des outils plus performants et capable de mieux comprendre, mieux contrôler mieux agir directement sur des problématiques liées à l’environnement (habitations passives en énergie par exemple ; ODD7, Energie propre et accessible).

Enfin, établis dans ce cadre de plus en plus citadin, notre compréhension et notre respect de la nature doivent se matérialiser au travers d’un mode de production et de consommation généralement plus responsable intégrant les nouveautés technologiques selon deux axes (ODD12, Consommation et production responsables) : la dématérialisation et virtualisation croissantes des processus pour réduire l’empreinte de nos habitudes passées, d’une part, et l’Innovation technologique amenant de nouvelles habitudes inédites et plus durables, d’autre part.